La défense est l’affaire de tous. Les armées ne seront en mesure d’accomplir pleinement leur rôle que si les enjeux sont bien perçus par l’ensemble des citoyens. Face aux menaces, notamment celles de type terroriste, qui, au-delà de l’agression elle-même, cherchent à annihiler la volonté, l’action militaire n’est efficace que si la société dans son ensemble est animée par l’esprit de défense.

Réserve de rayonnement, la réserve citoyenne répond au besoin d’enracinement de l’armée de terre professionnelle dans la société civile, en complément de la réserve opérationnelle, qui y contribue naturellement du fait de sa double appartenance au monde militaire et civil.

Outre son objet, fixé par la loi, la réserve citoyenne se caractérise par la nature "relationnelle" de son action et le régime de bénévolat sous lequel elle s’exerce.

La réserve citoyenne regroupe des volontaires issus directement de la société civile ou bien des réservistes ayant quitté la réserve opérationnelle, voire d’anciens militaires d’active, qui sont agréés par l’autorité militaire pour leur capacité à prolonger les actions de communications, notamment au profit de l’armée de terre en ce qui nous concerne.

Cette action de relais s’exerce dans plusieurs directions, et particulièrement :

  • vers les collectivités locales, en particulier les correspondants défense des municipalités,
  • vers le monde de l’éducation, pour soutenir notamment l’enseignement de défense, première étape du parcours citoyens prévu par la loi,
  • vers le monde du travail et de l’entreprise,
  • vers la jeunesse par le biais des réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté.

L’appartenance à la réserve citoyenne est concrétisée par un agrément auprès d’une autorité militaire qui définit notamment la nature et la charge des actions à mener.